LE DIRECTEUR GENERAL

Biographie succincte

Le Général Mbaye Cissé est issu de la huitième promotion de l’Ecole nationale des officiers d’active de Thiès (1988-1990). Sa carrière est partagée entre les fonctions opérationnelles spécifiques à son arme, l’artillerie, et les fonctions interarmées en état-major.

PARCOURS PROFESSIONNEL

Après avoir gravi tous les échelons de commandement de son arme, et à l’issue de son temps de commandement de chef de corps, il est affecté, en 2009, à l’état-major général des armées en qualité de chef de la Division Etudes Générales (études prospectives), poste qu’il quittera en 2012 pour intégrer la mission onusienne au Congo, comme adjoint au chef de la cellule de la réforme du secteur de sécurité.

De 2013 à 2015, il est nommé officier supérieur adjoint au commandant de la  Zone militaire n°3 à Kaolack, avant de rejoindre l’état-major de l’Etat-major de l’armée de Terre comme Chef de la chaine des ressources humaines. De septembre 2016 à août 2019, il a commandé la Zone militaire n°2 à Saint-Louis avant d’occuper le poste de chef de cabinet du Chef d’état-major général des Armées jusqu’en juin 2020. Il est  Directeur général du CHEDS depuis juillet 2020.

PARCOURS ACADEMIQUE

Au plan militaire, le Général CISSE est diplômé de l’école d’état-major et de commandement de l’Armée de Terre des Etats Unis  et breveté de l’Ecole supérieure de guerre de Paris (ex Collège interarmées de défense). Il a également suivi plusieurs formations, notamment dans le domaine de défense, et de la réforme du secteur de sécurité en général.

Au plan académique, il est titulaire d’un certificat de maitrise en philosophie, d’un certificat d’études supérieures de psychologie et de sociologie, d’un Master 2 en relations internationales (option Droit public-Sécurité-Défense) obtenu à  l’université Paris 2 Panthéon Assas, en France.

Le Général CISSE est lauréat de plusieurs distinctions et auteur de diverses publications dans les revues militaires, relatives à la géopolitique, la sécurité, la défense et  l’histoire militaire.

DECORATIONS

  • Officier de l’Ordre National du Lion

  • Officier Ordre du mérite

  • Croix de la valeur militaire avec palme de vermeil

  • Citation à l’ordre des Armées avec Croix de la valeur militaire -étoile d’argent-

  • Médaille de l’Armée de Terre

  • Médaille ECOMOG- LIBERIA

  • Médaille de l’ONU (MONUC/RDC)

  • Médaille d’argent de la défense nationale (France)

PRIX-DISTINCTIONS

  • Lauréat du Centre d’Etudes Stratégiques pour l’Afrique (mars/2010) Prix General Carlton W. Fulford Jr ;

  • Prix du Collège interarmées de défense (CID-PARIS) 2006 ;

  • Lauréat du 1° Prix scientifique 2007(catégorie Master II) de l’Institut des hautes études de la défense nationale (IHEDN) Paris-France pour son travail consacré aux relations sino-africaines, à l’unanimité du jury ;

  • 1° Prix du Chef de l’Etat du Sénégal du concours de poésie internationale consacrée aux Tirailleurs Sénégalais ;

  • Lauréat du prix documentaire 2010 du Chef d’Etat-major général des armées pour la recherche militaire.

DOMAINES EXPERTISES 

Relations internationales (Options Sécurité Défense), Géopolitique, Stratégie, Réforme du secteur de Sécurité. A organisé et/ou participé à de nombreux colloques et séminaires portant sur la sécurité humaine et la sécurité collective en Afrique de l’Ouest (avec le CESA, le CICR, Austrian Study Center for Peace and Conflict resolution etc.)

PUBLICATIONS

Plusieurs articles publiés dans des revues militaires, relatifs aux questions de sécurité collective, à la défense et à l’histoire militaire.  Auteur des ouvrages : Jambaar 1960-2010 (en 2010) et Opération Fodé Kaba II des Jambaar dans le vent  (en 2015)


LE MOT :

Le commandement m’a fait l’honneur de me porter à la direction générale du Centre des Hautes Etudes de Défense et de Sécurité(CHEDS). Quatrième Directeur général du CHEDS depuis sa création, je salue le travail titanesque accompli par mes prédécesseurs qui, chacun, dans un contexte particulier, a apporté sa pierre à l’édifice. Je mesure le challenge qui m’attend : préserver le legs transmis, tout en poursuivant la montée en puissance du CHEDS pour l’inscrire définitivement aux premiers rangs des institutions de formation et de recherche de référence que compte notre pays.

Dans un monde globalisé de plus en plus gouverné par l’incertitude et la surprise, les nations tentent inlassablement de circonscrire les nouvelles menaces à la paix et à la sécurité dont les plus prégnantes, en Afrique, ont pour noms : insécurité généralisée dans le Sahel rythmée par l’extrémisme violent, développement de la criminalité internationale organisée, paupérisation croissante des populations et dégradation vertigineuse de la sécurité humaine, montée du communautarisme, crise de la citoyenneté sur fond de remise en cause des fondements du vivre-ensemble etc.

Dans cette quête incertaine de solutions, la prise en charge précoce du triptyque paix-sécurité-développement prend tout son sens. D’où  l’importance de disposer d’un outil comme le CHEDS pour assurer une présence permanente et productive sur le champ de l’anticipation, de la réflexion et de la formulation de réponses aux multiples défis sécuritaires qui interpellent les décideurs.

Depuis sa création en 2013, le CHEDS s’est bien illustré dans la capacitation des hauts cadres des FDS ainsi que ceux du secteur public et privé, contribuant ainsi à l’éclosion d’une communauté partageant une vision affinée des questions de défense et de sécurité. Elle s’est évertuée aussi, dans la limite de ses moyens, à sensibiliser,  un large spectre de la société à travers les jeunes, les femmes, les medias, les organisations de la société civile et les leaders d’opinion, sur les problématiques sécuritaires majeures. Dans le même temps, un effort continu a été observé dans la volonté de s’ouvrir pour mieux assurer son rayonnement et de se moderniser en rationalisant davantage son organisation administrative et financière. Cette expertise lui a valu d’assurer la présidence du comité scientifique du Forum international de Dakar sur la Paix et la Sécurité et de nouer des partenariats dynamiques avec de nombreuses institutions nationales et internationales.

Les résultats encourageants obtenus, fruits  d’un travail d’équipe, constituent une bonne rampe pour envisager l’avenir avec sérénité. Dans cette perspective, une place importante sera accordée à l’implication active de la grande communauté du CHEDS. En effet, les auditeurs du CHEDS, anciens comme nouveaux, constituent nos meilleurs ambassadeurs. Ce site est le lien qui nous unit. Le faire vivre, par vos contributions et suggestions, contribuera grandement à maintenir vivace la flamme de l’espoir d’un CHEDS en constante évolution au sein de la communauté épistémique nationale et africaine.

Je vous redis ma fierté d’être à la tête du CHEDS et vous invite, autour des valeurs partagées de professionnalisme, d’intégrité, d’engagement, de travailler sans relâche pour porter à son meilleur niveau, l’ambition légitime de devenir une institution de référence sur toutes les questions stratégiques liées à la Défense, la Sécurité, la Paix au Sénégal, en Afrique et dans le monde.